Nouvelles

11 mai 2018

Route 66  : Musée Pontiac-Oakland, jour 2

C’est dans la municipalité de Pontiac, en Illinois, que nous nous sommes arrêtés pour notre première nuit. Nous savions qu’un musée ouvert depuis quelques années rendait hommage à cette défunte bannière de la General Motors. À notre arrivée sur place, l’endroit était fermé. Tout ce qu’il nous était possible d’observer à travers la vitrine de l’établissement, c’était quelques voitures et une boutique. Nous avons finalement pris la décision de venir y jeter un petit coup d’œil tôt au début de notre deuxième journée, nous y avons passé la matinée et serions demeurés plus longuement si notre temps n’avait pas été compté. La Pontiac Grand Prix que vous pouvez admirer ici est l’un des 60 véhicules que possède le musée, une quinzaine effectue une rotation sur le plancher.

 

 

 

 

 

 

 

Si nous avons décidé de passer quelques heures dans cet établissement, c’est qu’il nous réservait des surprises inimaginables. Outre ce qu’on peut retrouver dans l’espace destiné au grand public, comme cette incroyable Pontiac Sunbird Coupe 1977, produite à seulement 55 398 exemplaires, nous avons eu la chance de visiter le sous-sol et le deuxième étage de l’endroit. Ces niveaux contiennent tout ce qui ne peut être présenté sur l’étage principal, faute de place. Ce qu’on nous a montré en ces lieux est indescriptible.

Tim Dye, le propriétaire et fondateur du musée, s’est donné comme mission de faire vivre la marque Pontiac à travers son histoire et lorsque celle-ci a tiré sa révérence en 2010, il s’est mis à tout récupérer en ce qui la concernait. Et quand on dit tout, c’est à prendre au pied de la lettre, comme en témoigne la vue de cette bouteille de bière à l’effigie du chef indien Pontiac.

 

Sur place, une immense bibliothèque regroupant de la documentation pour les fous et les fins. À devenir complètement marteau, littéralement.

 

Tim Dye était bien heureux de nous présenter sa Pontiac Parisienne familiale 1964, une voiture « canadienne ».

 

Non loin de l’endroit que nous avons finalement dû quitter à contrecœur sur le coup de midi, il est possible de retrouver la plus importante muraille de la Route 66. Un cliché s’imposait et pour faire différent, j’ai décidé de photographier l’oeuvre sans voiture ancienne à l’avant. La place attire les touristes, car nous n’étions pas les seuls à vouloir immortaliser le moment.

Texte et photos par Daniel Rufiange